La baisse des rendements de l’assurance-vie en Euros, une question de survie pour les compagnies d’assurance-vie ?

Cela fait maintenant plusieurs années que nous vous mettons en garde contre les risques cachés de l’assurance-vie investi en fonds euros. Dans son rapport annuel 2014 publié hier, l’Autorité de Contrôle Prudentiel des Risques (ACPR), confirme notre analyse et préconise, encore, aux compagnies d’assurance-vie de baisser le rendement futur des fonds euros.

 Cette analyse, Christian NOYER, président de l’ACPR, gouverneur de la Banque de France, l’avait déjà communiquée aux compagnies d’assurance vie. Nous l’avions commentée dans cet article « Assurance vie : Une baisse « significative » des rendements à partir de 2015« . La précipitation à la baisse des taux d’intérêt observée sur le marché depuis le début de l’année 2015 renforce encore ce discours et les mots du gouverneur de la Banque de France deviennent plus précis.

La baisse des rendements des fonds euros n’est plus seulement la réponse à un contexte financier particulier, cela devient une question de survie pour les compagnies d’assurance-vie. 

Dans son analyse, Christian NOYER et l’ACPR reprennent, mot pour mot, l’analyse que nous vous proposons depuis 2011 « Assurance vie, les risques importants qui vous obligent à changer votre manière d’investir ! » :

« Pour les assureurs, le maintien de taux bas entraîne une baisse progressive et durable du rendement des actifs.

Ce phénomène est particulièrement pénalisant pour les assureurs vie qui détiennent des actifs de maturité longue et font face à une collecte qui reste dynamique.

Une remontée rapide des taux d’intérêt les exposerait, en effet, à une dépréciation de la valeur de leurs actifs à taux fixe et à un risque important de décollecte qui, s’il doit les conduire à céder des actifs en moins-values latentes, pourrait également générer des pertes.

Par ailleurs, la baisse continue du rendement de leurs principaux actifs, obligataires, notamment, pourrait pousser certains assureurs à se tourner vers des actifs présentant des rendements plus élevés (search for yield) mais également un risque de défaut plus important – que la compression des spreads favorisée par une demande accrue des investisseurs estompe largement.

Dans ce contexte, le président de l’ACPR, gouverneur de la Banque de France, a appelé les assureurs vie à limiter les revalorisations annuelles des montants garantis dans leurs contrats afin de ne pas fragiliser leur situation financière. »

Source : Extrait du rapport 2014 de l’ACPR

Le sujet est important et (enfin) les mots sont posés : La faiblesse des rendements actuels des taux d’intérêt est problématique pour les compagnies d’assurance-vie et pourrait même remettre en cause leur solvabilité, notamment en cas de remontée violente des taux d’intérêt.

Vous comprenez alors mieux nos craintes lors du mini crash obligataire du mois dernier (cf « Un krach obligataire en préparation ? Violente hausse de l’OAT et des taux longs. » et surtout « Pourquoi la hausse des taux d’intérêt est dangereuse pour votre patrimoine ?« ). 

A suivre...

 

source : http://www.leblogpatrimoine.com/assurance-vie/la-baisse-des-rendements-de-lassurance-vie-en-euros-une-question-de-survie-pour-les-compagnies-dassurance-vie.html